• L'équipe Sénégalité

Fatima Mindeliouck Dieme

Updated: May 3

Entreprise créée en 2019 à Bignona


Fatima avait d’abord suivi une formation de 3 ans à l’université, en géographie ; puis est devenue assistante médicale, avant de commencer son BTS. Fatima a surélevé la maison paternelle pour y construire un poulailler avec deux espaces distincts. Elle a déjà vendu 13 bandes comprenant 100 ou 200 sujets. Prix de vente : 3’500, ou même 4’000 pour les plus gros.

Fatima et son frère Aleukeu, devant les deux chambres du poulailler


Actuellement, elle fait des transformations : elle a fait rajouter un faux plafond de bois pour diminuer la chaleur (il peut faire jusqu’à 34, nous dit-elle). Lors des grandes chaleurs, elle a l’habitude de plonger les bêtes dans un seau d’eau froide pour les rafraîchir. Fatima s’occupe du poulailler avec son frère. Ensemble, ils font tout, y compris l’abattage et le plumage. Elle vend localement, espère un jour pouvoir vendre ses poulets aux hôtels du Cap Skirring.


Fatima dispose d’un congélateur, qui peut stocker 50 sujets. Il est alimenté par les panneaux solaires, via des batteries et un onduleur – ceci pour diminuer les coûts de l’électricité. La prochaine bande est prévue pour le 8 novembre. Fatima est préoccupée par le départ de son frère, qui ira faire un master à l’Université. Elle ne trouve pas de main d’œuvre, « les jeunes ne veulent pas travailler, ils veulent juste boire du thé ». Elle pense s’en sortir avec des journaliers - ce qui n’est pas problématique puisqu’elle habite sur place et peut à tout moment contrôler le travail effectué. Dans le jardin, il y a une chèvre en gesta- tion et un petit poulailler – juste pour la production d’œufs.


Quand il faisait trop chaud (avant l’installation du faux-plafond), Aleukeu trempait les poulets dans un seau d’eau froide. Efficace, nous dit-il !


Fatima sort un poulet de son congélateur (alimenté par les panneaux solaires)






1 view0 comments

Recent Posts

See All